Business developer alternance, la nouvelle tendance en développement d’entreprise

Fév 9, 2021 | Business Developer

Accueil » Business Developer » Business developer alternance, la nouvelle tendance en développement d’entreprise

En France comme à l’étranger, toutes entreprises sont en quête du meilleur business developer. Ce professionnel est l’allier de choix pour augmenter leur chiffre d’affaires et ainsi développer leurs parts de marché, à l’échelle nationale qu’internationale. En charge des « sales » et bien plus, le business developer possède une importante part de responsabilité dans l’entreprise. Son rôle, être un parfait visionnaire, dénicher de nouvelles opportunités, mettre en place la meilleure des stratégies commerciales, rigoureuses et bien organisées. Opérationnel et fin stratège, vendeur redoutable, on associe souvent le business developer à un couteau suisse. Ce poste connaît une évolution fulgurante il y a 5 ans de cela, et continue sa progression de manière exponentielle. Pour 2021, cette forte demande reste d’actualité.

Le business development en première ligne

Véritable expert de l’environnement commercial dans l’activité de la marque, le business developer est en charge de la mise en œuvre de la stratégie commerciale de son entreprise. Son principal objectif serait d’accroitre au maximum son chiffre d’affaires ainsi que sa marge d’activité. Il est alors chargé de pérenniser la croissance de son entreprise sur le long terme. Cette principale mission, fait de lui, plus que jamais, un réel pilier de développement pour toutes les organisations.

Les recrutements de business developer ne sont pas les simples. En effet, il existe plusieurs profils dans ce métier, mais aussi plusieurs missions, dans les petites et grandes structures.

Un business developer junior, avec ses 4 à 5 années d’expérience, sera en charge de l’épanouissement des missions dédiées, notamment dans la prospection en vue d’acquisition de nouveaux marchés. Il faut savoir sur plus le processus de vente du service ou du produit est complexe, plus l’expérience professionnelle requise est importante. Dans une perspective d’évolution de carrière, les plus expérimentés pourront prétendre à un poste de management commercial ou de commercial grands comptes. Ils peuvent également être assigné à la poursuite des missions de business development, dans le volet fidélisation, ou œuvrer dans la prospection de nouveaux clients, mais dans des domaines plus complexes comme l’assurance ou la santé.

Certaines missions nécessitent une réelle compréhension de l’activité avant de pouvoir y évoluer. C’est notamment le cas des entreprises de Softwares ou proposant des services IT. De par la technicité précise, ces entreprises rechercheront des profils expérimentés, disposant des compétences nécessaires et adaptées à l’environnement technologique du service proposé.

Evolution des avantages alloués au business developer

Pour un business developer en début de carrière, moins de 2 ans, il pourra prétendre une rémunération fixe et variable, allant de 30 000 à 40 000 euros bruts annuels. Tandis qu’un profil confirmé, entre 5 et 15 ans d’ancienneté, la rémunération s’élève entre 40 000 et 70 000 euros, selon le secteur d’activité, le champ de portée du poste, sans oublier 20% à 50% de variable en plus.

Jusqu’ici, un business developer s’est toujours vu attribué une voiture de fonction ainsi que des outils de mobilité, dont un ordinateur portable et un téléphone. Ce pack comprend de toute évidence une enveloppe de défraiement pour chaque déplacement.

Avec la crise sanitaire et les gestes barrières, le métier de commercial se voit chamboulé. Il faudra alors adopter de nouvelles approches, tout aussi efficaces, tout en les adaptant à une perspective de renouvellement de packages de rémunérations.

Quelles sont les perspectives de recrutement des business developer ?

Avec la pandémie, certaines activités se sont vues fortement développer, comme le secteur de la santé, l’agroalimentaire ou encore les produits informatiques, tandis que d’autres se sont vus régresser. Force est toutefois de constater que le métier de business developer ne connaît pas de décroissance en recrutement. Cela s’explique par le fait qu’il reste adapté à tous les secteurs d’activité.

Toutefois, le volume de recrutement varie d’un secteur d’activité à un autre, ainsi que de la taille de l’entreprise. Il faut également prendre en compte de l’impact de la crise sanitaire sur l’entreprise. C’est ainsi qu’on remarque que les startups confirmées ou celles ayant reçues des levées de fonds importantes poursuivent le recrutement, tandis que les TPE/PME fortement touchées par la crise se voient dans l’obligation de stopper temporairement les recrutements prévus. Pour ce qui est des grands groupes, ils restent prudents, en attendant les résultats de la visibilité au cours de l’année.

Le business development connaît une reprise dans des conditions inédites

Après plusieurs mois enregistrant d’importants ralentissements des activités, les business developer se sont vus reprendre du service dans des conditions plutôt inédites. En effet, ils sont désormais contraints à une certaine sédentarité. L’enjeu est aujourd’hui d’adapter les stratégies commerciales à la situation sanitaire, afin de garder le cap sur les objectifs de développement fixés par la société. Les nouvelles pratiques se résument ainsi à des prospections téléphoniques, des rendez-vous à distance ou de manière plus restreinte.

Le business developer doit en outre faire preuve de beaucoup de tact et être persuasif, dans ce marché encore fragilisé. En effet, plusieurs entreprises adoptent encore une politique de restriction budgétaire, de peur d’une nouvelle vague de crise.

On observe ainsi des entreprises qui avancent prudemment, sans perdre de vue le contexte encore risque du plan sanitaire. Toutefois, elles tentent de s’adapter au mieux au marché actuel. Si aucune certitude ni ligne directrice précise n’est encore acquise, une chose est sure : la technique d’approche du développement commercial de cette année sera différente des précédentes. Cela inclut tant les conditions de recrutement que la manière de recruter.

9 conseils pour être un bon business developer

Être visionnaire

Un bon business developer ne se limite pas à la connaissance parfaite du marché. Il doit également être capable d’en anticiper les évolutions afin d’identifier de nouvelles opportunités. Il est alors un analyste hors pair tout en étant un parfait visionnaire sur les besoins émergents. Le plan d’action qu’il met en place s’inscrit tant sur le moyen que sur le long terme, afin de démontrer les orientations business de l’entreprise.

Savoir prendre des risques

Un bon business developer sait prendre des risques et sortir de sa zone de confort. Certes, il se peut qu’il ait trouvé un bon filon qui fonctionne pour la société. Mais, il ne doit pas rester sur ses acquis et exploiter de nouvelles voies en permanence. En effet, il ne faut pas oublier que le lancement de nouveaux produits et services figure parmi ses principales attributions, avec un risque d’échec inhérent. Un business developer doit ainsi identifier les opportunités et assumer les conséquences de ses échecs potentiels.

Réactif et proactif

Doté d’une forte maîtrise du marché, un business developer est capable de définir une stratégie commerciale, après une analyse approfondie de l’activité. Ce plan d’action mis en place sera le fil rouge des actions de développement de la marque.

La seconde étape consiste en la mise en place de ce plan d’action. En effet, ce professionnel est tant indiqué pour être stratège qu’opérationnel.

Un commercial et bien plus

Un BizDev ne se limite pas à la détection des opportunités de marché. En effet, il doit mettre la main à la pâte et aller à l’encontre des clients pour vendre les services ou produits de son entreprise. L’art de la négociation est alors immuable au métier. Ce Super commercial est aussi bien responsable de la négociation que la fidélisation des clients.

Comme il est toujours en charge de la qualité des clients, il se doit de correctement entretenir les relations avec eux.

L’organisation, une qualité à ne pas négliger

Prospection, rendez-vous clients, ajustement et amélioration de stratégie, relances, management d’équipe, un BizDev accumule les activités et les responsabilités. Pour ne pas se noyer dans toutes ces activités, il est important pour lui de savoir s’organiser, notamment sur le temps de travail imparti. L’astuce est de se concentrer sur l’urgence et déléguer ce qui peut l’être. Il est également important de toujours un visuel sur les objectifs journaliers, hebdomadaires, mensuels et annuels.

Beaucoup de techniques et d’outils

L’organisation n’est rien sans les bons outils qui l’accompagnent. Il existe une solution dont le BizDev ne peut se passer qu’est le CRM. Il s’agit d’un outil de gestion de la relation client. Il enregistre toutes les données concernant les clients et les prospects. En outre, il améliore la base de données client, optimise les parcours. Pour les versions améliorées, les relances se font désormais automatiquement.

D’autres outils viennent ajouter à cet équipement par excellence, dont la liste des tâches partagée, les outils de marketing automation ou encore les logiciels d’organisation agile.

Être polyvalent

Outre le cadre classique du métier de commercial, le business developer intègre à la sphère marketing et communication. En outre, il intervient également auprès des départements juridique et financier. Cette capacité d’adaptation joue de beaucoup dans l’intégration des différentes expertises ainsi que dans l’entretien de la relation avec les collègues.

Savoir se valoriser

Le BizDev est le plus souvent mis en avant, sous les feux des projecteurs, à juste titre ! Il peut travailler son image personnelle sur les réseaux sociaux professionnels pour se faire connaître encore plus. En outre, on peut très bien répondre présent aux afterworks, afin de favoriser sa notoriété ainsi que celle de l’entreprise.

Une bonne réaction face à la pression

Comme il est présent partout, le business developer doit développer une attitude hors du commun : résister à la fatigue, au stress notamment. En effet, ces états sont immuables à un poste à forte exposition.